Non. Contrairement aux apparences, l’hypnose n’est pas du sommeil !
L'amalgame vient essentiellement de l’étymologique du mot grec hypnos, qui signifie “sommeil”. L’hypnose n’a pourtant pas grand chose à voir avec ce dernier, bien au contraire.
Il s’agit d’un état de conscience modifié, une forme de concentration réceptive pouvant fluctuer entre l’hyperéveil et la somnolence, que chacun est capable d’atteindre de manière naturelle. C’est comme si une partie du cerveau était en hyperéveil alors que le reste du cerveau et du corps se repose, ce qui donne cette apparence extérieure de sommeil.
Toutefois, il arrive que certains sujets, trop fatigués, s'endorment quand même. Dans ce cas, la séance d'hypnose se transforme... en sieste.

Non. Vous ne pourrez jamais rester bloqué en état d'hypnose. De nombreuses études scientifiques montrent que même un sujet très sensible à l’état hypnotique, laissé seul, sort de sa transe hypnotique spontanément au bout de vingt minutes, en moyenne… ou s’endort paisiblement d’un sommeil naturel réparateur.
Mais cela a peu de chance d'arriver car, au cours d'une séance d'hypnothérapie, le patient n'est jamais livré à lui-même... Il est rare que le thérapeute sorte acheter son pain alors qu'un patient est en état modifié de conscience dans son cabinet...

Non. C’est souvent une peur que l’on ressent... Peur de se voir déballer des souvenirs et des tas de problèmes du passé... Crainte de se sentir impuissant à changer ou découragé de devoir travailler tout cela... Alors qu'au contraire, l’hypnose permet de respecter ce que le patient veut et ce qu’il ne veut pas.
De plus, il n'y a aucun moyen, ni aucun intérêt, à lui faire faire des choses contraires à sa morale ou à ses valeurs... Et quand bien même, le patient est à tout moment capable de stopper le processus hypnotique, s'il se sent géné ou dérangé dans son for intérieur, puisqu'il est très conscient et bien présent durant toute la séance.

Non. Aucun hypnothérapeute n’est capable d’imposer sa volonté au détriment de celle du patient…
Pendant longtemps, l'hypnose est apparue comme une technique permettant d'agir sur le comportement de quelqu'un, contre sa volonté, notamment à cause des spectacles la mettant en scène comme un instrument de domination. Cette impression est pourtant fausse et découle d'une confusion entre autorité, fascination et hypnose, qui sont trois phénomènes bien différents.
En état hypnotique, le sujet sent intuitivement ce qui est bon pour lui et rejette facilement ce qui ne l’est pas. L’hypnose thérapeutique est une technique complètement respectueuse du patient. L'évolution du patient, ses valeurs morales ou spirituelles, son type de caractère sont pris en compte et respectés. Il s'établit une réelle collaboration entre le thérapeute et son patient, avec un objectif commun : la recherche efficiente d'un mieux-être durable.

Non. L'hypnotiseur, en spectacle ou en thérapie, ne fait qu'appliquer des techniques qu'il a apprises et qu'il sait manipuler. Ces techniques n'ont rien à voir avec la magie, un don surnaturel ou un fluide magnétique. L'hypnothérapeute stimule la capacité naturelle du patient à entrer dans un état hypnothique, pour l'aider à trouver ses propres solutions.
La meilleure preuve est qu'il arrive parfois, dans la vie de tous les jours, qu'une personne très concentrée sur une tâche soit susceptible de passer spontanément dans son propre état d'hypnose afin de faciliter la réalisation de celle-ci, tout comme certaines personnes sont capables de s’auto-anesthésier chez le dentiste, sans avoir appris l’auto-hypnose. Il n'y a donc pas de don à avoir, ni de passes magnétiques à faire...

Non. L’état hypnotique est un état aussi naturel que l’état d’éveil ou de sommeil. Ainsi, comme tout le monde, si vous savez dormir et rester éveillé, vous saurez entrer en état d'hypnose. Les seuls patients avec qui cela est fortement déconseillé sont ceux qui sont en crise schizophrénique ou paranoïaque, ou en dépression suicidaire.
Mais, de toutes façons, qui refuserait une heure de détente à écouter de belles histoires ?

Non. Il faut juste avoir envie de trouver les réponses à ses questions. Maintenant, je vous déconseille d’aller voir un hypnothérapeute pour tester votre capacité de résistance à l’hypnose, tout comme d’aller voir un dentiste en gardant les mâchoires serrées.

Oui, si vous aviez le permis avant... Plus sérieusement, l’hypnose vous reconnecte à vous-même. Vous repartez avec une légère transe, c’est le corps qui est calme. Le retour se passe toujours bien, même si vous reprenez la route seul(e).